Transcription

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE,DE LA POPULATION ET DE LA LUTTECONTRE LE SIDA-**-**-**-REPUBLIQUE CENTRAFRICAINEUNITE - DIGNITE - TRAVAIL**-**-**PROTOCOLE NATIONAL DE LA PRISE EN CHARGEDE LA MALNUTRITION AIGUEDirection de la Santé CommunautaireJanvier 20101

SommaireSOMMAIRE . 1FIGURES ET TABLEAUX . 6ABREVIATIONS ET ACRONYMES . 7PREAMBULE . 9INTRODUCTION . 10CHAPITRE 1 : STRATEGIE GLOBALE . 111.1.L’évaluation nutritionnelle . 111.2.La mobilisation communautaire . 111.3.Prise en charge de la malnutrition aiguë. 111.3.1.Malnutrition aiguë modérée . 111.4.La Coordination et le partenariat . 12CHAPITRE 2 EVALUATION DE LA SITUATION NUTRITIONNELLE . 132.1.Enquêtes nutritionnelles . 132.2. Dépistage et mobilisation communautaire . 142.2.1.Dépistage . 142.2.1.1.Au niveau de la communauté . 142.2.1.2.Au niveau du centre de santé les outils pour ce dépistage comprennent.152.2.2.1.La mobilisation communautaire . 162.2.2.2.L’évaluation et la surveillance . 192.2.2.3.Le volontariat et le travail avec les bénévoles . 19CHAPITRE 3 : PROTOCOLE STANDARD DE PRISE EN CHARGE DE LAMALNUTRITION AIGUË MODEREE . 213.1. Objectif . 213.2. Critères d’admission . 213.3. Prise en charge nutritionnelle . 213.3.1. Quantité et Qualité de la ration . 213.3.2. Pour les enfants -3 ET P/T -2 ET, les femmes enceintes à partir de 6mois et les femmes allaitantes ayant un enfant de moins de 6 mois avec PB 210mm . 223.3.3.Les enfants guéris référés des UNT ou UNTA aux UNS . 233.4.Prise en charge médicale et traitement systématique . 233.4.1.Prévenir la carence en vitamine A . 233.4.2.Déparasitage . 233.4.3. Prévenir l'anémie . 243.4.4.Traiter le paludisme si le test biologique est positif . 243.4.5. Suivi des vaccinations . 253.4.6. Examen médical . 253.5. Suivi nutritionnel . 253.6.Critères de Sortie du programme . 263.6.1.Enfants modérément malnutris sont considérés comme sortis :. 273.6.2. Enfants sévèrement malnutris guéris et suivis en UNS sont2

considérés comme : . 273.6.3.Les femmes enceintes à partir de 6 mois et les femmes allaitantes ayant unenfant de moins de 6 mois sont considérées comme sorties: . 273.7.Information Education et Communication (IEC) . 283.7.1.But . 283.7.2.Objectifs. 283.7.3.Principes de base . 283.8.Outils/équipements nécessaires pour l’UNS. 29CHAPITRE 4 : SUIVI/EVALUATION DES UNITES NUTRITIONNELLES. 304.1.Supervision . 304.2.Rapport Mensuel . 304.3. Enregistrement des bénéficiaires à l’admission Registre. 314.4. Suivi des bénéficiaires pendant le traitement nutritionnel . 324.5. Enregistrement des bénéficiaires à la sortie Registre . 324.6. Circuit de l’information sanitaire . 33CHAPITRE 5 : PROTOCOLE STANDARD DE PRISE EN CHARGE DELA MALNUTRITION AIGUË SEVERE . 345.2. Admission . 345.2.1. Critères d’admission . 345.2.2. Procédures d’admission . 355.3. Le test de l’appétit . 355.3.1. Comment faire le test de l’appétit ? . 355.3.3. Résultats du Test de l’Appétit et Conduite à tenir . 365.3.3.1. Le Résultat du Test de l’Appétit est Positif (appétit bon ou modéré) . 365.3.3.2. Le Résultat du Test de l’Appétit est Négatif (appétit médiocre) . 385.4. Prise en charge dans les unités nutritionnelles thérapeutiques (UNT) . 435.4.1.Traitement nutritionnel . 435.4.1.1.Produit s utilisés . 435.4.1.2.Quantité à donner . 435.4.3.Traitement médical systématique . 445.4.4.Surveillance . 455.5.Diagnostic et prise en charge des complications lors de la phase 1 . 455.5.1.Déshydratation . 465.5.1.1.Diagnostic de déshydratation chez le patient atteint de marasme . 465.5.1.2.Diagnostic des pertes liquidiennes chez le patient atteint de Kwashiorkor . 495.5.2. Le choc septique . 505.5.2.1.Diagnostic . 505.5.2.2.Traitement . 505.5.2.3. Surveillance . 515.5.3. Défaillance cardiaque . 515.5.3.1. Diagnostic . 515.5.3.2. Traitement . 525.5.3.3. Surveillance . 535.5.4. Anémie . 535.5.4.1. Diagnostic . 545.5.4.2.Traitement . 543

5.5.5. Hypoglycémie . 545.5.5.1. Diagnostic . 545.5.5.2. Traitement . 545.5.6. Hypothermie . 555.5.6.1. Diagnostic . 555.5.6.2. Traitement . 555.5.7. Absence de bruits intestinaux, dilatation gastrique et le « splash » intestinalavec distension abdominale. . 555.6. Prise en charge des situations cliniques associées . 575.6.1. Fièvre. 575.6.2. Traitement . 575.6.2. Convulsions . 575.6.3.VIH. 575.6.4. Autres pathologies associées . 585.6. Critère pour passer de la Phase 1 à la Phase de Transition. 585.7. PHASE DE TRANSITION . 595.7.1.Traitement nutritionnel . 595.7.2.Produits utilisés . 595.7.3. Quantité à donner . 605.7.4. Surveillance . 625.8. Critères de retour de la phase de transition à la phase 1 . 625.9. Critères pour passer de la Phase de Transition à la Phase 2 . 635.10.1.Traitement nutritionnel . 645.10.1.1. Produits utilisés. 645.10.1.2. Quantité à donner . 645.10.2. Traitement systématique . 655.10.3. Surveillance . 655.10.4. Sortie . 665.10.4.1. Critères de sortie . 665.10.4.2. Procédure de sortie . 665.11. Monitoring . 665.12. Traitement à l’UNTA . 675.12.1. Traitement nutritionnel . 685.12.2. Traitement médical systématique . 695.12.3. Critères de sortie . 715.12.4. Suivi après la sortie . 715.13. Non réponse au traitement . 71CHAPITRE 6 : PROTOCOLE STANDARD DE PRISE EN CHARGE DE LAMALNUTRITION AIGUE SEVERE CHEZ LES NOURRISSONS DE MOINS DE 6MOIS OU DE MOINS DE 3 KGS. 766.1. Critères d’admission . 766.2. Surveillance . 776.3. Traitement systématique . 786.4. Surveillance . 786.5. Traitement de la mère. 786.6. Critères de sortie . 794

CHAPITRE 7 : STIMULATIONNS EMOTIONNELLES ET PHYSIQUES. 807.1. Stimulation émotionnelle et jeux . 817.2. Activités Physiques . 817.3. Situations particulières. 837.3.1.Tuberculose et Malnutrition Aiguë Sévère . 837.3.2. Malnutrition sévère et VIH/SIDA . 83CHAPITRE 8 : EDUCATION NUTRITIONNELLE . 858.1. But . 858.2. Objectifs. 858.3. Principes de base . 858.4. Thèmes. 86CHAPITRE 9 : SUIVI ET EVALUATION A L’UNT/UNTA . 879.1. Le registre de l’UNT . 879.2. Identification . 879.3. Les mesures anthropométriques . 879.4. RAPPORT MENSUEL . 885

FIGURESFigure 1 : Les différentes étapes de la stratégie nutritionnelle en vue deréduire la malnutrition aiguëFigure 2 : Dépistage - Triage - Références et indicateursFigure 3 : Circuit d'informationFigure 4 : Processus de décisionFigure 5 : Traitement de la réhydratationFigure 6 : Conduite à tenir pendant la deshydratationFigure 7 : Conduite à tenir devant une detresse respiratoireFigure 8 : Comment diagnstiquer et traiter l'anemieTABLEAUXTableau 1 : Récapitulatif des critères d’admission en UNSTableau 2 : Ration sèche à base de CSBTableau 3 : Ration sèche à base d’UnimixTableau 4 : Schéma de supplémentation en vitamine ATableau 5 : Schémas de déparasitage par AlbendazoleTableau 6 : Schémas de déparasitage par MebendazoleTableau 7 : Administration de CoartemTableau 8 : Récappitulatif du traitement systématique en UNSTableau 9 : Critères de sortieTableau10: Valeurs de référence pour les principaux indicateurs deperformance des UNSTableau 11: Critères d’admission dans les programmes de prise encharge de la malnutrition aigue sévèreTableau 12 : Test d’appétit en utilisant la balance de précisionTableau 13 :Test d’appetit en estimant la quantité consomméeTableau 14 : Résumé des critères d’admission pour la prise en chargeen hospitalisation ou en ambulatoireTableau 15 : Quantité de F75 ou F100 dilué par repas à donner enphase 1Tableau 16 : Traitement systématique en vitamine ATableau 17 : Prise en charge des autres pathologies asssociéesTableau 18 : Quantité de F100 dilué par repas à donner en phase detransitionTableau 19 : Distribution des sachets Plumpy nut selon la classe depoidsTableau 20 : Quantité de F100 (ml) par repas en phase 2 pour 6 et 5repasTableau 21 : Critères d’admission en UNTATableau 22 : Distribution des sachets de Plumpy Nut selon la classe depoidsTableau 23 : Surveillance à l’UNTATableau 24 : Non réponse au traitement en UNTTableau 25 : Non réponse au traitement en UNTATableau 26 : Quantité de F100 pour les enfants de 0 à 5 ans6

ABREVIATIONS ET ROT/A: Agent Communautaire: Traitement Anti-rétroviral: Aliments Thérapeutiques Prêts à l’Emploi: Comites de Gestion de la Santé: Consultation Prénatale: Centre de Santé: Corn-Soya Blend: Déshydratation: Directly Observed Treatment, Short-course (traitement pourla tuberculose): Direction de la Santé Communautaire: Enquête Démographique et de Santé: Hémoglobine: Information, Education, Communication: Intramusculaire: Indice de Masse Corporelle: Intraveineux: Kilocalorie: Kilogramme: Liquide céphalo-rachidien: Malnutrition Aigue Modérée: Malnutrition Aigue Sévère: Ministère de la Santé Publique, de la Population et de laLutte contre le SIDA: Enquête à Indicateurs Multiples: milligramme: millilitre: millimole: Nota bene: National Center for Health Statistics: Organisation Mondiale de la Santé: Organisation non gouvernementale: Périmètre Brachial: Rapport Poids pour l’âge: Rapport Poids pour la taille: Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfant: Prise en Charge: Programme Elargi de Vaccination: Personnes vivant avec le VIH/SIDA: République Centrafricaine: Rehydration Solution for Severely Malnourished Children(Marque de SRO): Sévèrement malnutri: Standardisation des Méthodes d’Enquêtes nutritionnelles: Sonde naso-gastrique: Santé de la Reproduction: Sel de Réhydratation Orale: Rapport Taille pour l’âge7

TBTSSUIUNICEFUNTUNTAUNSVADVCTVIH/SIDA: Tuberculose: Technique de Supplémentation par Succion: Unité Internationale: Fonds des Nations Unies pour l’Enfance: Unité Nutritionnelle Thérapeutique: Unité Nutritionnelle Thérapeutique Ambulatoire: Unité Nutritionnelle Supplémentaire: Visites à domicile: Dépistage et Counseling Volontaire (Voluntary Counselingand Testing): Virus de l'Immunodéficience Humaine/SyndromeD’Immunodéficience Acquise8

PREAMBULELe Protocole National de prise en charge de la malnutrition aiguë a été élaborépar le service de Nutrition et de l’Hygiène Alimentaire de la Direction de la SantéCommunautaire, validé et rendu disponible en mars 2006.Son utilisation par les Cadres du Ministère de la Santé Publique, de laPopulation et de la Lutte contre le SIDA et les Partenaires au développement quiinterviennent dans le domaine de la nutrition ayant suscité des observationspertinentes. Aussi, avec l’introduction des nouvelles normes recommandées parl’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il est nécessaire que le protocolenational de prise en charge de la malnutrition aiguë soit révisé et les outils de gestionadaptés.Ce Protocole National de Prise en Charge de la Malnutrition Aiguë révisé estun document de référence destiné à tous les prestataires des soins dans les UnitésNutritionnelles Thérapeutiques (UNT), les Unités Nutritionnelles ThérapeutiquesAmbulatoires (UNTA) et les Unités Nutritionnelles Supplémentaires (UNS). Il permetde dépister et de prendre de manière précoce les cas de malnutrition aigue modéréed’une part et de prévenir les cas de malnutrition aigue sévère d’autre part.Par conséquent j’exhorte chaque prestataire à une stricte application ducontenu de ce protocole pour nous permettre de mener une lutte efficace contre lamalnutrition aigue qui continue à faire des victimes en Républiques Centrafricaine.Je félicite les Cadres du Département de la Santé, les partenaires au développement(OMS, UNICEF, PAM, ACF, MSF/France) qui ont contribué à l’élaboration de cedocument.J’exprime ma gratitude à l’endroit de l’UNICEF qui ne ménage aucun effortpour accompagner financièrement le Ministère de la Santé dans sa lutte contre lamalnutrition.Le Ministre de la Santé Publique, dela Population et de la Lutte contre leSIDAAndré NALKE DOROGO9

INTRODUCTIONLa République Centrafricaine a une superficie de 623 000 km2 avec unepopulation estimée à 4,2 Millions d’habitants1 (soit 63% en milieu rural et 37% enmilieu urbain) dont 67% vivent avec moins de 1 dollar par jour. Depuis, une décenniela République Centrafricaine a été confronté à une succession de crises militaropolitiques qui ont constitué un frein majeur au développement socio-économique dupays.A cela s’ajoutent d’autres facteurs tels que l’enclavement du pays, la faibleproduction agricole, la pandémie du VIH / SIDA, l’insécurité dans la partie Nord ayantentrainé des milliers de déplacés et un faible accès aux services de soins de santé.Le taux de mortalité infantile est à 132 pour 1000 dont la plupart est imputable àla malnutrition aigue.Selon l’enquête MICS 2006 :--10.1% des enfants de 6 à 59 mois présentaient une malnutrition aiguë globaledont 2.3% malnutris aiguës sévères ;Le taux de malnutrition aiguë globale était supérieur au seuil d’alerte de 10%dans 9 des 16 préfectures du pays (Ombella Mpoko, Kemo, Lobaye,Mambéré Kadei, Ouham Pendé, Bamingui Bangoran, Haute Kotto, HautMboumou et Bangui) ;28% des enfants souffrent d’insuffisance pondérale modérée et 8%d’insuffisance pondérale sévère.Près de quatre enfants sur dix (38%) souffrent d’un retard de croissancemodéré (malnutrition chronique) et 19% présentent un retard de croissancesévère.Après 2006, aucune enquête nationale n’a été réalisée. Face à cette situation, leGouvernement Centrafricain a décidé, avec le concours des partenaires audéveloppement de mener un certain nombre d’actions dont l’élaboration du protocolenational de la prise en charge de la malnutrition aigue validé en 2006 puis révisé etvalidé en 2009 avec l’introduction des nouvelles normes recommandées par l’OMS.Ce Protocole National de Prise en Charge de la Malnutrition Aiguë révisé estun document de référence destiné à tous les prestataires des soins dans les UnitésNutritionnelles Thérapeutiques (UNT), les Unités Nutritionnelles ThérapeutiquesAmbulatoires (UNTA) et les Unités Nutritionnelles Supplémentaires (UNS). Il permetde dépister et de prendre de manière précoce les cas de malnutrition aigue modéréed’une part et de prévenir les cas de malnutrition aigue sévère d’autre part.Le présent Protocole est susceptible de faire l’objet de mise à jour pendantl’évolution de la Prise en Charge de la Malnutrition Aiguë. 1Projections UNFPA - 2006.10

CHAPITRE 1 : STRATEGIE GLOBALELa stratégie d’intervention pour la malnutrition aiguë est illustrée sur lediagramme 1 ci-dessous. Elle s’applique aussi bien en situation de développementqu’en cas d’urgence.Les groupes cibles vulnérables de cette stratégie sont les suivants :- les enfants de 6 à 59 mois- les femmes enceintes à partir de 6 mois- les femmes allaitantes ayant un enfant de moins de 6 mois.Le critère de malnutrition reste le seul à considérer pour l’admission dans lesservices nutritionnels.La stratégie est basée sur les points suivants :1.1. L’évaluation nutritionnelleElle comprend les éléments suivants:--un dépistage systématique au niveau des structures sanitaires en vued’identifier les personnes nécessitant un traitement;des enquêtes anthropométriques au niveau national et/ou régionales et/oupréfectorales en vue d’évaluer et de planifier les actions nutritionnelles.1.2. La mobilisation communautaireLa mobilisation communautaire est la clé de la réussite du programmenutritionnel à base communautaire. Le terme « mobilisation communautaire » utiliséici fait référence aux activités du programme nutritionnel qui doivent se développeravec la communauté ou qui sont prises en charge par elle-même.Un des objectifs de la prise en charge ambulatoire est : l’amélioration de lacouverture des activités nutritionnelles en identifiant tous les enfants qui peuvent enbénéficier et les enrôler dans le programme. Cette démarche est particulièrementimportante au démarrage des activités afin d’obtenir une meilleure compréhensionde la part de la communauté et sa participation à leur planification.La mobilisation communautaire doit s’intégrer dans les programmes d’autressecteurs de la santé, de la sécurité alimentaire, de l’agriculture, etc.1.3. Prise en charge de la malnutrition aiguë1.3.1. Malnutrition aiguë modéréeLes cas de malnutrition aigue modérée seront traités dans des UnitésNutritionnelles Supplémentaires (UNS).1.3.2. Malnutrition aiguë sévèreLes cas de malnutrition aiguë sévère sans complication médicale seront traitésdans les Unités Nutritionnelles Thérapeutiques Ambulatoires (UNTA).Les cas de malnutrition aiguë sévère avec complication seront traités dans les UnitésNutritionnelles Thérapeutiques (UNT) intégrées dans les hôpitaux.11

1.4. La Coordination et le partenariatLa mise en place d’un cadre national de coordination et d’un cadre de suivi etd’évaluation permettra de mieux coordonner les efforts au niveau central et auniveau décentralisé.Le rôle de coordination et de leadership du MSPPLS/DSC doit être renforcé. Eneffet, le MSPPLS doit veiller à un respect du protocole national et à une répartitiongéographique pertinente des ressources et moyens d’intervention en fonction desbesoins.Enquêtes es deSantéCOORDINATIONTraitementMalnutrition aigueModéréeUNSMalnutrition aiguesévèreUNTAUNTFIGURE 1: LES DIFFERENTES ETAPES DE LA STRATEGIE NUTRITIONNELLE EN VUEDE REDUIRE LA MALNUTRITION AIGUË12

CHAPITRE 2 : EVALUATION DE LA SITUATION NUTRITIONNELLE2.1. Enquêtes nutritionnellesLes indicateurs de base pour l’évaluation de la situation nutritionnelle sont lestatut nutritionnel de la population et le taux de mortalité. Ils sont estimés au moyend’une enquête portant sur la population affectée.Basée sur la méthodologie SMART des enquêtes nutritionnelles, les donnéesvont être collectées et analysées selon une forme standard.Les enquêtes doivent être coordonnées avec les différents partenaires, envue de donner une image globale de fluctuation de la prévalence de la malnutritiondans les différentes Régions.Les données de base sont: âge ; sexe ; poids ; taille ; indice P/T ; œdèmes ; PB.D’autres indicateurs peuvent être éventuellement rajoutés:-couverture de la vaccination contre la rougeole ;taux de mortalité des enfants de moins de 5 anscouverture de la supplémentation en vitamine A des enfants de 6 à 59 mois etdes femmes en post-partum ;couverture des programmes (SR, PEV, etc.);statut des personnes enquêtées : déplacés, résidents, minorités etc. Les enquêtes nutritionnelles doivent s’étendre aux données qualitatives sur lesdéterminants de la malnutrition.Le rapport doit comprendre :-un résumé;une introduction par rapport au contexte;la méthodologie utilisée ;les résultats et analyse des résultats ;la discussion ;une conclusion et des recommandations ;des annexes incluant (1) une carte de la zone ; (2) la liste des grappes tirées ausort ; (3) le calendrier de l’enquête; (4) le questionnaire.Le résumé doit comprendre :-la date et la localisation exacte de l’enquête ;le nom de l’agence d’exécution;les groupes cibles (déplacé, camps, résident etc.) ;la méthode d’échantillonnage;les résultats par rapport en indice Poids / Taille, en Z- score ;la prévalence de la malnutrition aiguë modérée (amaigrissement absenced’œdèmes) ;la prévalence de la malnutrition aigue sévère (amaigrissement sévère et/ouprésence d’œdème) ;la couverture des centres/services de nutrition ;13

-le taux brut de mortalité globale ;le taux de mortalité des enfants de moins de 5an

Tableau 2 : Ration sèche à base de CSB Tableau 3 : Ration sèche à base d'Unimix Tableau 4 : Schéma de supplémentation en vitamine A Tableau 5 : Schémas de déparasitage par Albendazole Tableau 6 : Schémas de déparasitage par Mebendazole Tableau 7 : Administration de Coartem Tableau 8 : Récappitulatif du traitement systématique en UNS